Portrait

Des voeux magiques avec les cartes de Cotte

Cette année, il ne nous sera pas possible de célébrer les fêtes entourés de notre famille et de nos amis. Et si c’était justement l’occasion de renouer avec la tradition des cartes de vœux pour montrer à nos proches que nous pensons à eux ? Colombine Parthoens, alias Cotte, vous invite à plonger dans son univers illustré pour y dénicher la carte de vœux idéale à envoyer à votre grand-père, votre nièce et votre meilleure pote, qui vous manquent tant. Que l’on soit enveloppé par sa douceur, séduit par son humour ou émerveillé par sa magie, il est impossible de rester indifférent devant la collection 2020, concoctée depuis plusieurs semaines dans le village de Montfort par la jeune trentenaire.

« J’ai décidé à la fois de rester sur le thème des animaux mignons, qui avait beaucoup plu les années précédentes, et j’ai également eu envie de renouer avec les personnages féminins que je dessinais surtout lorsque j’étais adolescente, en réalisant des croquis de mode, dévoile Colombine. Plusieurs cartes jouent sur l’humour et l’actualité, avec une petite dose de provocation même, pour certaines. Vous pourrez ainsi découvrir une femme qui démasque les sourires, tandis qu’une autre issue des années 20 reprend le slogan de Gatsby « A little party never killed nobody »… Il y a aussi un personnage qui incite à « glaner » local. » Entre l’univers Disney et le monde de la BD, Cotte s’inspire de l’environnement qui l’entoure pour les dessins comme pour les slogans. « Tous les croquis et les dessins finaux sont réalisés au crayon. Pour la dernière version, j’utilise un feutre très fin, puis je scanne le tout et je finis par coloriser à l’ordinateur sur le logiciel Photoshop. J’ajoute enfin des effets, comme des ombres par exemple, pour donner de l’épaisseur à l’illustration. »

Le talent de Cotte est indiscutable. Et pourtant, ce ne sont pas des études artistiques qui ont permis de le façonner. « Je dessine depuis que je suis toute petite, mais je suis autodidacte. J’ai toujours pris beaucoup de plaisir à décliner ma gamme de personnages. » Avec un parcours scolaire brillant, ses professeurs l’encouragent à entamer une formation universitaire, Colombine choisit donc l’anthropologie. « Je réussissais bien, mais chaque année, je me remettais en question en me demandant si je ne devais pas plutôt me tourner des études plus créatives », confie la jeune Esneutoise. Elle obtient finalement son Master et s’offre comme cadeau de fin d’études une formation de six mois en Motion Design à Technifutur. « Ça m’a apporté énormément et m’a vraiment permis d’améliorer mes compétences en graphisme. »

Employée à l’ULiège depuis le début de sa carrière professionnelle, Colombine a pu intégrer à sa mission quelques réalisations de vidéos. Pas assez à son goût, c’est pourquoi elle fait le choix, en 2017, de démarrer une activité complémentaire, poussée par ses proches et les demandes reçues par ses connaissances. « Je sentais que j’avais besoin de m’octroyer du temps pour ma passion créative. Même si je ne m’en accorde pas assez souvent à mon goût, j’ai gardé ce petit rituel de confectionner moi-même mes cartes de vœux pour être certaine d’avoir un moment dans l’année où je peux renouer avec le dessin. » Depuis trois ans, elle en fait profiter tout le monde en proposant à ceux qui le souhaitent d’acquérir ses cartes de vœux, mais aussi en dessinant des cartes personnalisées sur demande (faire-part de naissance, invitation de mariage…) et autres illustrations.

« Quand je vois les étoiles dans les yeux des personnes qui découvrent mes cartes pour la première fois, je me sens bien. Cela me touche beaucoup que ma passion fasse ressortir des émotions comme celles-là. »

Colombine Parthoens

Où acheter les cartes de vœux de Cotte ?

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *