Portrait

Les baumes d’Océ prennent soin de vos lèvres

Tout le monde possède un « beurre de cacao ». Qu’il traine au fond d’un sac à main ou qu’il trône sur la table de nuit, ce petit tube permet d’hydrater les lèvres trop sèches. Parfois même, ils les colorent un peu. Depuis toute petite, Océane veille à en avoir toujours plusieurs sous la main. Alors que certains ramènent des boules à neige, des tasses ou des magnets lorsqu’ils parcourent un nouveau pays, elle, c’est un baume à lèvre qu’elle rapporte comme souvenir ! « Je les collectionne depuis que je suis toute jeune. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai toujours aimé les baumes à lèvres. J’en achetais dès que j’en trouvais un différent. A un moment donné, je me suis dit : pourquoi pas essayer d’en faire moi-même ? »

A 26 ans, Océane Joly vient de s’installer à Esneux après avoir grandi dans la commune d’Ouffet. Assistante en pharmacie hospitalière, elle a l’habitude de manipuler différents produits pour réaliser des préparations médicales. « Je n’utilise pas du tout les mêmes ingrédients pour confectionner les baumes, mais c’est vrai que certaines petites notions sont utiles car j’avais déjà appris à faire des lotions ou des pommades. Ce n’est en pas très compliqué à réaliser, donc j’ai commencé à en préparer pour ma consommation personnelle. C’est devenu une occupation qui me sortait de la routine boulot-métro-dodo. » Ses proches deviennent ses premiers fans et Océane décide finalement d’en faire une activité complémentaire sous le label « Les baumes d’Océ ».

Océane utilise en grande majorité des produits naturels pour confectionner ses baumes comme de l’huile d’amande douce, de la cire d’abeille et du beurre de karité, tout droit ramené du Burkina Faso. Une touche de colorant pour l’esthétique, une fragrance naturelle pour le goût et l’odeur (dont la plupart sont fabriqués par un artisan parfumeur à Grasse), voilà qui viennent compléter les ingrédients principaux que l’on retrouve dans les baumes hydratants et réparateurs d’Océ. « J’ai acheté des livres, regardé des vidéos et j’ai assez vite trouvé ma recette de base après l’avoir retravaillée deux ou trois fois. » Une fois le procédé maîtrisé, l’artisane se lance dans la confection d’un autre produit : le fondant pour brûle-parfum. Plein air, Enchantement, Framboise, Pina Colada, Barbe à papa… Les senteurs qu’elle propose sont surprenantes et rencontrent déjà un beau succès.

« Mon objectif n’est pas d’en faire une activité principale, mais j’aimerais consacrer plus de temps à cette passion et développer ma gamme de cosmétiques. Je souhaiterais notamment essayer de réaliser des savons ou encore des crèmes pour le corps. Je suis tout le temps en train de chercher d’autres choses à créer, d’autres parfums à utiliser. C’est vraiment quelque chose qui me passionne ! »

Une question ?
Une envie de tester ? Les baumes d’Océ peuvent aussi être livrés chez vous !

2 commentaires

  • Pascal

    Madame, Votre passion est formidable mais veuillez lire ceci . Je remarque le problème sur Liege et le Hainaut à cause d’une herboristerie qui fait la meme chose, alors que là , c’est plus grave car il s’agit de santé. Ici se sont des cosmétiques.
    il faut une autorisation en Belgique pour faire ces produits, madame. Il faut aussi un labo agréé et une entreprise. Même un herboriste qui fait cela est en infraction. C’est pas la même chose qu’en France. Depuis que je suis revenu de l’étranger, j’ai vu un grand nombre d’enquêteurs du spf santé et de l’économie sur Facebook. Ils infiltrent les groupes, messenger et traquent tout ce qui n’a pas de diplôme universitaire de pharmacien d’entreprise, chimiste, biochimiste et qui vend des produits naturels sur base d’une déclaration d’artisan. Je n’avertis pas les charlatans mais ici je vois bien que vous êtes une passionnée et donc je vous mets en garde. L’enquêteur mandaté essaye parfois de démontrer cette passion, pour éviter des ennuis à la personne mais après c’est lui qui se fait clasher. Je ne le suis pas, donc je me permets. les ministeres ne s’occupent que des lois.
    Depuis 10 ans c’est aussi le rôle de justiciers qui balancent leurs voisins et aussi leurs amis. Parfois c’est la concurrence. Je vais essayer de demander a ma compagne, spécialiste là dedans de me faire un texte pour donner une info génerale via mon journal. Vous n’aurez plus qu’à faire passer.

Répondre à Pascal Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *