Billets d'humeur

Le confinement à Esneux, c’est bien réel

Depuis ce lundi, ma première pensée au réveil me semble irréelle : « Saleté de Coronavirus. Il est là. » Ce n’était pas une blague en fait, ce truc. J’avoue, je l’ai pris à la légère au début. Je ne suis pas du genre à me tracasser ou à paniquer. Je suis du style à me dire :  » Ça n’arrivera pas chez nous « . Mais il semblerait que soit bien devenu une réalité.

Conséquence 1 : télétravail depuis ce lundi. Mon boulot le permet facilement pour l’instant.

Conséquence 2 : on devient parano. On regarde tout le monde bizarrement en ayant peur que quelqu’un tousse. On a peur de frôler quelqu’un de trop près. On a peur d’être nous, regardé comme un pestiféré. On n’ose plus aller voir nos amis – c’est d’ailleurs interdit depuis hier – qui ont un rhume. On vit dans un climat extrêmement anxiogène qui peut miner le moral de beaucoup. Certains deviennent même fous au point de se bagarrer pour une boite de pâtes. Et ça, ça fait encore plus peur.

Conséquence 3 : confinement. Et BAM. Beaucoup de personnes s’y attendaient et c’est arrivé hier soir. Nous avons beaucoup de chance à Esneux, nous sommes proches de beaux espaces verts. Nous pouvons aller nous balader en gardant les distances exigées par le Gouvernement Fédéral. Nous avons aussi de la chance d’avoir d’excellents commerces de proximité qui gardent leurs portes ouvertes pour nous permettre de passer ce cap des 18 jours. Plusieurs établissements de restauration [toutes les infos sur Drive-in Esneux] assurent aussi un service à emporter ou une livraison à domicile pour nous permettre d’égayer nos repas faits maison.

Conséquence 4 : la solidarité. Mes amies couturières commencent à confectionner des masques pour le personnel médical. Nous demandons aux voisins plus âgés et aux personnes malades s’ils ont besoin qu’on leur fasse des courses. Des plateformes de solidarité se mettent en place dans notre commune, qu’elles soient individuelles [comme le groupe Facebook « Coeur on a » virus – Esneux] ou qu’elles émanent des autorités locales [via ce nouveau site web Esneux Solidaire].

Je ne suis personne pour avoir un conseil à donner sur la façon de vivre dans les prochains jours. J’ai foi en l’être humain. Je positive en me disant qu’en évitant les trajets pour aller au boulot, j’ai plus de temps à consacrer à mon amoureux, aux balades avec mon chien, à moi-même. Je me dis que cette obligation de ralentir nous permet de reprendre notre souffle dans le tourbillon du quotidien. Et déjà, je me sens, d’une certaine façon, plus zen.

Alors courage et merci à tous ceux qui continuent à travailler, parfois dans des conditions difficiles, pour faire en sorte que ceux qui sont confinés puissent vivre ces 18 jours de la meilleure manière possible. Et croisons les doigts pour que 18 jours suffisent à chasser cette saleté de Covid-19.

2 commentaires

  • Sylvie GAVAGE

    Bonjour Elodie,
    Je vous découvre aujourd’hui vraiment par hasard, en cherchant l’adresse de la ferme de la Grande Chevée.
    Comme le Corona me donne du temps …je l’ai pris pour vous lire!
    Simplement vous dire Merci d’écrire aussi bien, de partager de bonnes adresses, et sachez que je vais « vous suivre » comme on dit!

    Alors, au plaisir…
    Sylvie, une Tilffoise depuis plus de 30 ans.

  • Helloelo

    Bonjour Sylvie,

    Quel plaisir de lire votre commentaire ce samedi soir !
    Merci à vous pour ce joli mot 😊

    Bon courage à vous dans cette période compliquée et très belle soirée !

    Elodie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *